AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Elysha Raspberry
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 312
Points RP : 64
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 28
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Jeu 5 Juil - 12:19

Cela faisait une bonne semaine qu'Elysha pouvait réellement prétendre au titre de journaliste. Elle avait travaillé dur pendant deux ans et elle estimait avoir le droit de se la couler douce pendant quelques jours avant d'attaquer les choses sérieuses, à savoir son premier article. Elle avait déjà une petite idée sur la question et n'avait pu s'empêcher de griffonner quelques pages sur son premier sujet. Une sorte de «  portrait  » de dresseurs. Ce n'était pas vraiment un sujet du tonnerre, mais rien ne semblait valoir le coup de faire un article.

La fin de matinée s'annonçait assez nuageuse, c'était à se demander s'il n'allait pas pleuvoir. Mais ce n'était de toute façon pas quelques nuages qui empêcherait Miss Raspberry d'aller en vadrouille. A peine était elle sortie de son appartement qu'elle se fit bousculer par un grand costaud. Celui-ci ne daigna même pas s'excuser, ce qui mit la demoiselle dans une colère noire.

«  Eh ! Tu pourrais t'excuser au moins gros lard !!! »

Il fallait croire que quelques insultes suffisaient à attirer l'attention du malotru. Quand celui-ci se retourna, Elysha remarqua sa tenue et son insigne d'agent. La cerise sur le gâteau. De toute évidence vexé par les propos de la demoiselle, le bonhomme s'approcha d'elle en bombant le torse d'un air supérieur.

Ce dernier lui dit donc :

«  Un problème Mademoiselle ? »

Mais elle comprit :

«  T'as vu à qui tu t'adresses petite, ferme-là donc un peu ! »

Elysha se rapprocha de lui la tête haute et l'air provocateur. Il était déjà trop tard et impossible de savoir jusqu'ou elle pourrait aller. Mais l'homme qui se trouvait en face d'elle semblait tout aussi borné et décidément un peu trop confiant.

«  Tu m'as bousculé connard. Ta mère t'as pas apprise les bonnes manières ?! Faut que je le fasse à sa place ? »

«  Vous savez que je peux vous arrêter pour outrage à agent … »









La veine sur la tempe de la demoiselle durcissait de plus en plus. Elysha était dans une rage fille et elle avait atteint le stade de non retour. En effet son poing alla tout droit dans la figure de l'agent de police.

*****

«  Qu'est ce qu'on se fait chier ! »

«  Agent Derki, nous avons encore un cadavre sous les bras ! Et d'après la scène du crime, c'est probablement le même assassin que les deux autres trouvés le mois derniers. »

« Ouais les voleurs ont la vie dur maintenant … Et nous du travail supplémentaire. »


Le regard de la demoiselle avait beaucoup changé, ses yeux brillaient et son sourire s'élargissait. Elle tenait enfin quelque chose. Si elle pouvait accéder au dossier de cette enquête, elle pourrait écrire un article d'enfer ! Elle voyait déjà les gros titres du genre «  L'assassin de Plasmapolis » ou encore «  La terreur des voleurs » . Quoi qu'il en soit, elle devait en savoir plus. Le problème était que là … Elle était menottée. Pas pour longtemps cela dit, mais elle n'aurait pas d'autres occasions de se rendre au commissariat pour une raison valable. Oui, frapper un agent était une raison valable, venir fouiner en tant que journaliste, non.

A ce moment là, une agent de police vint pour lui retirer ses menottes.

«  Nous avons pris votre déposition et celle de l'agent Mavrik. Votre garde à vue étant terminée nous n'avons plus de raison de vous retenir ici … »

Elle la pria de la suivre afin de lui rendre ses effets personnels dont son sac et ses pokéballs. Là lui vint une idée. Skary. Avec toute cette agitation, elle ferait un désordre monstre.

Pendant que l'agent alla chercher ses affaires, Elysha scruta les dossiers de l'autre côté du comptoir, celui qui l'intéressait était encore là …

L'agent de police revint alors avec ses effets personnels et Elysha feint de rattraper maladroitement la pokeball de son Airmure qui tomba par terre et laissa le pokemon s'échapper. Sauvage comme elle était elle commença à crier et à voler dans l'enceinte du commissariat, attaquant toutes personnes voulant l'approcher. La diversion était parfaite, Elysha se hissa sur le comptoir et se laissa glisser afin d'attraper le dossier qui se trouvait sur le bureau. C'était dans la poche ! Une fois le dossier dans son sac, elle s'élança vers Skary pour tenter de la calmer. Après quelques coupures sur les mains et le visage, Elysha apparue telle une héroïne.

«  Désolée pour le bazar, Skary est très sauvage et même si je la rappelle dans sa pokeball quand elle est agitée ainsi, elle arrive à en ressortir plus folle que jamais … »


*****


Cette journée était folle. Et Elysha commençait sérieusement à avoir la dalle. Direction le fast food pour manger un des ces mets extrêmement caloriques. Elle s'installa sur le comptoir et prit commande. En attendant, elle sortit sa trouvaille et commença à examiner le dossier fort intéressant ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seifer Malovitch
Dresseur
Dresseur
avatar

Messages : 105
Points RP : 63
Date d'inscription : 02/07/2012
Age : 27
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Ven 6 Juil - 23:09

    Plasmapolis. Le réveil de l'assassin avait été assez calme, le soleil, les oiseaux, tout ça... Ca lui plaisait une journée comme celle-ci. Tranquille en perspective. Il allait pouvoir apprendre à mieux connaître l'animal qu'il avait reçu la veille en récompense... Et peut être aussi le deuxième, car figurez vous... que le généreux donateur lui en avait passé un deuxième, un Riolu. Seifer possédait donc un Riolu et un Salamèche. Il voulait par ailleurs tester ce dernier, pour voir ce dont il était capable... mais pour ça, il allait devoir sortir de chez lui.

    Ce début d'après midi, qui généralement signifiait la matinée chez notre personnage, s'annonçait fort instructif. Prenant son petit déjeuner, l'homme prit ses deux pokéballs et fit sortir son Salamèche de la sphère. Il regarda le lézard de feu et lui sourit. L'animal répéta son nom plusieurs fois et s'approcha de son propriétaire qui lui donna un croissant. Le pokemon le prit et le mangea rapidement.


    « J'imagine que tu es habitué à manger autre chose ?

    La créature le regarda et lui répondit de son nom, comme les pokémons le font. Le sourire aiguisé de l'assassin apeura un peu l'animal, mais il fallait qu'ils apprennent à se connaître, ils allaient parcourir un long chemin ensemble. En attendant, il fallait qu'il se renseigne sur les deux pokemons qu'il avait choppé. Il ramena Salamèche dans sa pokéball, et prépara rapidement ses affaires.

    Costume enfilé, chapeau porté, pokéball à la ceinture, ses couteaux cachés à l'intérieur de sa veste, il était prêt pour sortir en ville et aller chercher « l'endroit » histoire de savoir s'il avait un nouveau contrat. Il sortit alors de son habitat et se trouvait dans Plasmapolis, la grande citée D'Isydia. D'un pas nonchalant tout en y apportant une élégance, il s'engageait tranquillement en ville, se dirigeant vers un lieu semblant être une bibliothèque.

    Seifer passa plusieurs heures dans ce bâtiment, cherchant des livres relatant des histoires sur les Salamèche et les Riolu. Il voulait connaître ce qu'ils aimaient et autre. Son premier pokemon ne lui serait pas utile la nuit étant donné sa couleur et ses flammes... Mais il pouvait être utilise autrement après tout. Quand à Riolu, le bleu se camoufle très bien dans la nuit sombre, de plus son évolution était elle aussi utile dans la nuit. Plus ses recherches avançaient plus il trouvait des choses sur les pokemons. Malgré le monde où il vivait, il ne s'était jamais trop préoccupé de ça, et il engrangeait les connaissances sur ces créatures comme jamais aujourd'hui.

    La soirée avançait et la faim avec. Ainsi, le dresseur alla à l'endroit où il devait passer aujourd'hui pour faire la deuxième chose prévue dans sa sortir du jour. Ce lieu était un simple fast food où il allait commander à manger et lire un message sur un tableau adressé à n'importe qui mais que seul lui pouvait comprendre. Ajustant son couvre-chef il commanda la nourriture et se dirigea vers le tableau des petites annonces sur lequel un mot était affiché, parlant d'un voleur de pokémon, mais sans trop de détail. C'était celle-la ! Il avait un autre contrat ce soir. Cependant, un restaurant rapide n'était pas le meilleur endroit pour prendre ses « commandes » étant donné le statut distingué des personnes demandant les primes.

    Bon, doutez vous bien qu'il ne tuait pas que des voleurs, car il n'y avait pas que des voleurs de pokemons qui avaient des primes sur leurs têtes. Les personnes avec de nombreuses dettes étaient elles aussi ciblées, mais d'autres encore pour des raisons moins glorieuses. Toutefois, Seifer n'opérait que la nuit, et pour l'instant il se trouvait dans ce restaurant et il mangeait tranquillement son hamburger frite en attendant de trouver quelque que chose à faire avant que la nuit tombe, nuit durant laquelle il traquerait sa proie.

    Son repas fini, il se leva après avoir remarqué au loin une charmante demoiselle épluchant des dossiers. Il sourit, réajusta son chapeau et marcha vers elle. Oh non, il n'allait pas la draguer, mais il voulait juste s'approcher et savoir de quoi était faite ces lectures qui avaient l'air de la passionner.
    Tentant un coup d'oeil par dessus l'épaule de la demoiselle il put lire quelque chose concernant un tueur en série qui s'en prenait au voleur. Il réajusta son haut de forme et eu un petit gloussement. Sa bouche en demi-lune, ses yeux en lames de rasoirs, il s'accouda au comptoir près de la jeune fille et prit la parole :


    « Alors... on s'intéresse à des rapports de police ? »

    Un petit blanc s'installa après qu'il eut prononcé sa phrase, et il reprit :

    « Oh, excusez moi, je ne voulais pas fouiner, je voulais juste savoir ce que vous lisiez.. Ah ! En fait, c'est ça fouiner ! »

    Il eut alors un rire enjôleur bien qu'un peu trop mesquin pour prouver qu'il rigolait à gorge déployé. En fait, il y avait juste un faible échappement d'air de sa bouche.

    « Pardonnez-moi... cette histoire d'assassin m'intéresse. J'aime m'informer sur ce qu'il se passe dans ma ville. Un meurtrier, ça fait peur, n'est-ce pas ?

    Je me présente, Seifer Malovitch. »


    Il ouvrit un peu plus les yeux et sourit à la demoiselle en lui tendant la main droite afin qu'elle lui serre la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elysha Raspberry
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 312
Points RP : 64
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 28
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Lun 23 Juil - 15:07

La jeune journaliste commençait à éplucher le dossier récemment dérobé à la police. Plusieurs éléments étaient d'un intérêt tout particulier. Tout d'abord il était question d'un éventuel tueur en série. Nous avons bien lu éventuel. Elysha a bien lu un conditionnel, sous-entendant une possibilité et non une réalité établie. HAHAHAHA, mais Miss Raspberry n'en a que faire ! Cette simple probabilité suffisait à faire un article des plus passionnants, il suffisait de romancer légèrement, d'incorporer quelques détails croustillants et elle tenait la une dont elle rêvait.
Alors qu'elle sirotait une bière tout en lisant, une étrange présence sembla s'approcher de plus en plus derrière elle. A peine eut-elle le temps de se retourner que la présence en question s'accouda sur le comptoir tout prêt d'elle. C'était un homme d'une cinquantaine d'années. Ou peut-être moins, Elysha n'est pas très bonne pour déterminer les âges. En plus ce dernier portait un chapeau, ce qui ne l'aidait guère. Ce dernier était louche. Mais louche, pas normal. Du genre gênant. Un fouineur. Ah oui comme elle. Mais justement, c'est ce qu'elle craignait. Et s'il s'agissait d'un journaliste bien avisé qui souhaitait mettre le grappin sur son précieux scoop ? NON. JAMAIS. La psychose entamait son processus de démarrage et ne fit que s'accelerait lorsque celui-ci commença à poser des questions sur le dossier avant de se présenter. Mais Elysha n'avait rien entendu. Elle s'était arrêté au fait que celui-ci en sache plus sur son sujet d'article. La veine sur sa tempe se durcit, et ni une ni deux, elle se saisit du col dudit Monsieur Malovitch à qui elle venait de foutre un vent monumental, et se rapprocha de son visage afin de lui murmurait à l'oreille d'un ton menaçant.

" Ecoute moi bien Monsieur le fouineur, t'es qui pour me poser des questions ? Un journaliste ? J'espère pour toi que ce n'est pas le cas, car je n'hésiterai pas une seconde à te faire la peau ... "

L'homme au chapeau avait intérêt à avoir une bonne parade pour la rassurer sur son identité. Elle était telle une lionne défendant son territoire en montrant les crocs. Plusieurs options s'offraient à l'homme, dompter la lionne ou la distraire avec un morceau de viande fraîche. A moins que l'habilité soit son fort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seifer Malovitch
Dresseur
Dresseur
avatar

Messages : 105
Points RP : 63
Date d'inscription : 02/07/2012
Age : 27
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Mer 25 Juil - 12:50

    La main toujours tendue, Seifer attendait que la fille aux cheveux roses lui réponde. Elle n'avait pas l'air très heureuse de la présence de l'assassin, bien qu'elle ne devait pas être au courant qu'il en était un, et surtout pas celui de son dossier. Étrange coïncidence, n'est-ce pas ? Le fait qu'elle était en colère sauta aux yeux du jeune homme assez rapidement, ou du moins à son col. En effet, la furie venait de lui chopper le col comme si elle voulait se battre avec lui. Elle s'imaginait avoir l'ascendant physique sur un homme aussi entraîné au combat ? Bon, une nouvelle fois, elle n'était pas sensé le savoir.

    Elle lui murmura quelque chose à l'oreille d'un ton menaçant... Mais ce n'eut pas l'effet escompté. L'homme sourit de plus belle, avec même une immense envie d'éclater de rire. Pour lui, la demoiselle était totalement parano. Lui faire la peau ? Cela ne faisait guère peur à notre mercenaire. Il saisit la journaliste par les épaules et la repoussa avec force vers sa chaise. Les mains appuyant sur les épaules, il eut la même approche qu'elle et siffla à son oreille :


    « Attention où vous mettez les pieds mademoiselle, ils ne font pas ça tout le temps pour de l'argent. »

    Un regard machiavélique et un sourire menaçant dessinaient son visage. Puis il s'assit en face de son interlocutrice en rigolant de plus belle. Il s'agissait du moins d'un rire sans grande consistance, puisqu'il n'y avait pas réellement d'émotion derrière.

    « Et bien, vous avez subie une péridurale dernièrement pour être aussi acariâtre mademoiselle ?

    Il la regarda ensuite dans les yeux, et s'apprêtait à continuer quand il commanda son dessert. Il prit un choux à la crème, cela faisait une paye qu'il n'en avait pas mangé, cela lui ferait plaisir. Puis il reprit la parole :

    « Vous êtes amusante, vous le savez ça ? Répondre de cette manière à quelqu'un qui ne vous veut aucun mal, ce n'est pas la meilleure chose à faire. Et si j'étais journaliste, j'aurais agit d'une autre manière. Je pense que je n'aurais rien dit et que j'aurais simplement espionné comme une fouine. Comme vous bousculer et vous prendre ces documents. »

    Il enleva son chapeau révélant sa chevelure verte. Ce fut aussi à ce moment là qu'il tendit vers lui les documents que la demoiselle lisait quelques instants auparavant. Puis il les posa devant elle, en espérant qu'elle soit stupéfaite du fait qu'il lui ai subtilisé si facilement ces papiers.

    « Vous voyez ? Ce n'est pas plus compliqué. Mais je n'ai aucun intérêt là dedans. J'aime juste m'informer pour mon compte personnel. Et une information est si importante, vous savez ? Certains sont prêts à y mettre un prix extrêmement élevé là dessus. Donc considérez moi plutôt comme un informateur. Par ailleurs, parlez moins fort et faites attention avec vos documents. »

    Cette dernière phrase avait un but bien précis dans la mesure où un agent de l'ordre venait d'entrer dans le fast-food. Ce dernier attirait beaucoup les regards à cause d'un furoncle mal placé sur son nez. Il semblait d'ailleurs un peu éméché et arriva au comptoir pour commander un morceau de pastèque. Il était mieux d'être habile dans les prochaines paroles. Cependant, pour une journaliste, celle-ci n'avait pas un grand tact. Le jeune homme s’apprêtait une nouvelle fois à prendre la parole mais il fut interrompu par l'homme entré il y a peu. Ce dernier beuglait une histoire comme quoi son piafabec avait choppé la grippe aviaire. Pas très intéressant en outre.

    « Nous devrions peut être aller à un endroit un peu plus calme, non ? J'ai peut être des informations pour vous, et malgré le fait que j'aime aussi être payé pour cela, je peux être généreux pour une jeune et jolie journaliste, non ? »

    Les lions avaient beau être des animaux féroces, fasse à un serpent vénéneux, ils flanchaient tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elysha Raspberry
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 312
Points RP : 64
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 28
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Mer 25 Juil - 20:42

Monsieur Malovitch ne semblait pas être du genre à se laisser intimider par la féline, bien au contraire. Usant de force modérée pour la remettre en place, que ce soit dans ses propos que dans son attitude. Ainsi rassise, Elysha reprit son calme. Elle voyait dans les yeux du jeune homme qu'il y avait bien plus à en tirer qu'à en perdre. De plus, elle n'avait pas l'habitude qu'on lui prenne tête avec autant de sérénité. D'ordinaire, elle avait à faire à des têtes brûlées qui utilisait plus leurs poings que leur cervelle ou, autre cas de figure, de pauvres type qui remballait rapidement leurs bijoux dans leur slip. Son impulsivité n'avait donc qu'à rentrer au placard, elle avait plus affaire à un homme d'esprit, bien que ce dernier semble tout aussi dégourdi physiquement.

Il avait également de l'humour, ce qui pouvait être appréciable. Mais Elysha n'en était pas encore à plaisanter bras dessus dessous. Deux ou trois bouteilles de pinard, pas avant. Alors qu'elle l'écoutait parler, ce dernier lui sortit les dossiers qu'elle était en train de lire. Monsieur Malovitch avait des talents de prestidigitateur de tout évidence. Que pouvait il bien encore sortir de son chapeau ? Un lapin mangeur de salsifis ? Qu'importait. Les yeux perçants de la demoiselle se mirent à briller et un sourire en coin s'esquissa sur ses fines lèvres. D'une voix dénuée de ton, elle lui répondit.

" Impressionnant. "

Elle balança ses cheveux en arrière et passa sa main dans ses cheveux en levant les yeux au ciel. Ce qui lui donna l'air de changer son attitude. Ce dernier semblait convaincant dans ses paroles, même si son air méphistophélique ne pouvait que l'encourager à se méfier. Elle lui lança un sourire amicale, et lui tendit la main.

" Mes excuses. Dur journée. J'ai de toute évidence fait erreur sur la personne. Monsieur ... Malovitch, c'est cela ? Elysha Raspberry, fraîchement journaliste du Plasma Daily. "

Le jeune homme lui proposa ensuite des informations, gracieusement parlant. Quelle générosité pour quelqu'un qui vient de se faire agresser par une paranoïaque impulsive. Monsieur Malovitch était doué en paroles mielleuse, ce qui le rendait de plus en plus intéressant. Ce dernier suggérait un endroit un peu plus calme pour traiter affaire, ce qui ne manqua pas de faire sourire la demoiselle qui se rapprocha de son visage et lui susurra à son oreille.

" Un endroit plus calme ? Comme une ruelle sombre ? Ainsi vous pourriez faire en sorte que je sois plus facilement motocultable et finir par me poignarder d'un couteau dans le coeur comme toutes vos autres victimes ? "

Elle ponctua cela d'un rire narquois.

" Je plaisante. Vous n'oseriez pas me tripoter. Disons, juste le couteau ? "

Elle sortit de sa poche un billet généreux et le posa sur le comptoir afin que la serveuse rachitique puisse se payer une bonne bouffe bien grasse.

" Emmenez-moi où vous le souhaitez du moment que l'on y sert de l'alcool. Bien sûr, il s'agit de votre invitation. "

Elle lui adressa un sourire amusé avant de ranger soigneusement ses affaires. Quelque soit les intentions de cet homme, il semblait pourvu d'une habileté bien précieuse. Le genre de personne dont tout journaliste se doit d'avoir dans ses relations. Il correspondait tout à fait au profil du type intelligent qui était doué pour plus de choses qu'il n'en a l'air. Mais les affaires de ce Malovitch, Elysha s'en soucier guère. Tout ce qu'elle voyait, c'était les bénéfices dont elle pouvait en tirer. Qu'il soit bien ou mal avisé, cela ne changeait rien. Cependant, n'allait pas croire que Miss Raspberry accorde sa confiance si rapidement. Car ce sont des personnes intelligentes et vertueuses dont il faut se méfier. Y compris et même surtout, ce Monsieur Malovitch.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seifer Malovitch
Dresseur
Dresseur
avatar

Messages : 105
Points RP : 63
Date d'inscription : 02/07/2012
Age : 27
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Jeu 26 Juil - 9:58

    L'être habillé en vert et noir venait de faire sa proposition à la demoiselle sans vraiment attendre de réponse favorable, mais il serait certainement surpris. Il fut heureux de constater qu'elle prenait un air un peu plus amical, ce qui amusa le jeune homme, qui serra la main de son interlocutrice quand elle la lui présenta. Après tout, il fut le premier à faire ce geste, refuser sa poignée de main n'avait donc aucun intérêt ici. Elle s'excusa et commença à se présenter à son tour. Une jeune journaliste du Plasma Daily, intéressant. Seifer avait un intérêt particulier à connaître ce genre de personne, pour avoir des informations, et revendre les siennes. Il répété ensuite son nom :

    « Appelez moi juste Seifer, ça ira très bien. »

    Elysha lui sourit une nouvelle fois. Et bien, une fois qu'on avait trouvé le truc avec elle, c'était facile de la faire sourire. Cela augmentait celui machiavélique qui se pointait sur le visage de l'assassin. Mais... excusons-le il ne fait pas vraiment exprès. La jeune femme lui susurra ensuite quelques mots à l'oreille. A la suite de ses paroles, il se demandait si elle le soupçonnait où bien si elle était paranoïaque et pensait réellement qu'il allait la violer pour ensuite la tuer.

    Elle se trompait ! Seifer n'était pas du genre à violer une jeune fille pour la tuer après. Il ne gagnait rien en faisant cela, de plus il n'était pas non plus du genre à faire du mal aux dames. Toutefois elle avoua qu'elle plaisantait et lui parla de tripoter et de couteau, ce qui laissa un sourire goguenard sur la face de notre homme qui s'empressa d'ajouter :


    « Ca dépend de quel couteau vous parlez ! »

    La demoiselle posa ensuite un billet pour la serveuse qui semblait aussi fragile qu'une biscotte et ajouta une petite phrase, lui demandant de l'amener partout où il le voulait. C'était assez étrange comme question.

    Se relevant avec nonchalance le jeune homme bailla tout en s'étirant et sourit à son tour à son interlocutrice avant de lui répondre :


    « Je vous proposerais bien de venir chez moi, mais je n'ai rien rangé depuis un moment. Mais j'ai l'endroit parfais pour trouver de l'alcool de bonne qualité. »

    Il lui tendit son coude pour qu'elle l'accompagne, puis sortit du bâtiment avec elle afin de trouver le lieu qui l'intéressait. Ils marchèrent sur de nombreux mètres avant d'atteindre une maison luxueuse. Ne nous attardons pas trop sur la description de celle-ci dans la mesure où tout cela n'avait aucun intérêt dans cette histoire. Sachez juste qu'il y avait des colonnes à l'entrée. Ça fait classe les colonnes. Seifer frappa à la porte et attendit quelques secondes avant que quelqu'un ne réponde.
    Le propriétaire ouvra la porte ce qui étonna quelque peu notre meurtrier.


    « Salut Mohamed ! »

    « Qu'est-ce que vous faites là vous ? »

    « Oh rien rien, je viens juste me servir dans ton bar pour discuter avec cette jolie demoiselle. »

    Il dit cela en lançant un sourire accompagné d'un regard fortement menaçant à cette homme qui n'était autre que l'adjoint du maire. Ce dernier acquiesça tout en soupirant et les amena à son bar personnel, puis s'en alla ailleurs. Le jeune homme le remercia et sorti une bouteille d'un whisky de plus de 18 ans d'âge d'une valeur inestimable et se servit un verre avant de demander à la demoiselle ce qu'elle voulait boire. Il commença ensuite à prendre la parole :

    « Nous voici dans la demeure de l'adjoint du Maire. Petite anecdote, il a récemment choppé la syphilis. »

    Il bu ensuite une gorgée de son breuvage, un air satisfait au visage et continua.

    « Il s'est aussi exprimé dans un débat sur le droit à l'euthanasie sur les pokémons aux maladies incurables. M'enfin bref, rien de ceci n'est intéressant dans l'affaire qui nous amène en ce lieu. Avez vous des questions sur ce tueur de voleur ? »

    Il regarda ensuite son verre et sourit grandement avant de reprendre en ramenant se regard de serpent sur la demoiselle :

    « Bien sûr que vous avez des questions. Parlez sans retenu, notre hôte, à cette heure est parti pour son cours de flamenco. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elysha Raspberry
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 312
Points RP : 64
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 28
Pokedollars : 5000

Feuille de personnage
Badges:
0/8  (0/8)
Rubans:
0/8  (0/8)
Team Active:
MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   Ven 27 Juil - 9:26

Seifer Malovitch semblait avoir déjà une idée en tête concernant leur future destination. Heureusement, sa propriété était exclue. Pensez-vous, Elysha a beau être une demoiselle qui profite bien de la vie, elle n'est pas non plus du genre à pénétrer dans l'intimité de quelqu'un qu'elle vient juste de connaître. Par intimité, nous parlons bien de lieu de vie, hein. Arrêtez donc ces idées de double-sens mal intérpetés. Quoi qu'il en soit, Monsieur Malovitch tendit son bras à Elysha, un peu surprise par l'invitation. Il faut avouer que ce genre de procédure n'est pas dans ses habitudes, mais cela montrait que le jeune homme dont elle était accompagnée était un gentleman. Estimant qu'elle lui avait assez manqué de respect de la journée, elle passa son bras autour de son coude. Tandis qu'ils s'avancèrent vers la sortie, le pied d'Elysha glissa légèrement sur un ravioli poussiéreux qui se trouvait sur le plancher, retrouvant facilement son équilibre, elle se dit que finalement, ce n'était pas si mal d'avoir une béquille masculine à disposition.

Ainsi dehors, ils marchèrent dans la rue, sans qu'elle sache vraiment où le jeune homme l'amenait. Ils passèrent devant le Café gourmand dont elle adorait les viennoiseries ainsi que le laboratoire de recherche du Pr Deondorus, un scientifique psychotique fou de cybernétique. Pas très net comme bonhomme soit dit en passant. Elle l'avait croisé une fois dans une convention sur la technologie pokémon et lui avait tenue la chambe sur la probabilité de trouver des pokemons galactiques lors de voyages dans l'espace. Une vraie plaie. Elle avait due lui plonger la tête dans une poubelle pour qu'il s'arrête de parler.

Les pas de Seifer s’arrêtèrent devant une immense demeure. La surprise d'Elysha était à son comble. A qui pouvaient bien être cette somptueuse maison ? La réponse ne tarda pas lorsque son propriétaire vint à leur rencontre. Sa tête ne lui était pas méconnue, particulièrement sa touffe de cheveux sur le côté droit, inoubliable. Le jeune homme lui parla d'une façon très familière ce qui étonna beaucoup la demoiselle. Une fois entrée en sa compagnie, ce dernier lui expliqua qu'il s'agissait de l'adjoint du maire. Quelque chose ne tournait pas rond. Mais quoi ? Cela se rapportait certainement au fait que ce Seifer se permettait d'être aussi familié et influençait avec facilité la volonté d'un grand homme de la ville. Une chose était donc sûre. Cet homme était dangereux. Dangereux dans la mesure où ne l'avons pas dans la poche. Une fois installés, il lui raconta quelques anecdotes futiles sur le compte de l'adjoint du maire. Les choses devenaient intéressantes lorsqu'il lui demanda ce qu'elle souhaitait boire.

" Un double whisky avec des glaçons, celui que vous buvez me semble plus que convenable "

Elle étouffa un petit rire. S'imaginant qualifier un whisky d'exception de " convenable ". Il évoqua enfin cet histoire de voleur et Elysha rit de plus belle.

" Des questions ? Haha. Sur cet assassin ? Non ... "

Elle le fixa droit dans les yeux, un sourire espiègle en coin.

" J'ai déjà tout ce qu'il me faut à son sujet. Je ne suis pas flic vous savez, je me fiche de son identité. Quand bien même ce serait mon boulanger, j'irai toujours lui acheter du pain. Non, ce qui m'intéresse vraiment c'est vous. Lever le voile du mystère qui vous entoure. Mais prenons le temps, j'aime tourner quinze fois avant de trouver ce que je cherche. "

Elle se leva et commença à faire le tour de la pièce, regardant un à un les différents tableaux qui étaient accrochés au mur. Parmi l'un deux, elle en reconnu un. Elle l'avait déjà vu à la bibliothèque de Laon, un Varmer, une technique somptueuse utilisant la peinture, et où l'artiste doit saupoudrer de minéraux en tout genre avant que la peinture de sèche. Mais celui-là, il ne faisait aucun doute, c'était l'original. Elysha était ébahie devant la beauté de l’œuvre, mais elle n'était pas là pour ça. Elle poursuivit donc.

" Vous êtes quelqu'un d'intelligent, Monsieur Malovitch. Pardon, Seifer. Vous semblez également connaître beaucoup de choses et de gens ici, dans cette grande ville. D'ailleurs, quel genre de relation entretenez-vous avec l'adjoint du maire ? Il semble un peu vous craindre, non ? Une histoire de soirée sado-maso ? "

Elysha rit de plus belle en imaginant une scène pareille. Parfois, elle ne pouvait s'empêcher de débiter autant de bêtises. Mais l'humour était l'une de ses meilleures armes. C'est en faisant sourire le serpent que l'on parvient à voir ses dents.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le destin est un sombre blagueur [ ft. Seifer Malovitch ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le destin croit bien faire Joshua/ Quentin pg-13
» MAYBERRY Sarah
» RILEY JENSON (Tome 5) SOMBRE ETREINTE de Keri Arthur
» [REQUETE] garder le wifi en continu meme quand telephone vérrouiller
» [RESOLU] Quand mon tel est en veille, il ne sonne pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myst of Isidya :: Monde d'Isidya [ Zone RP ] :: Continents Ouest :: Plasmapolis-
Sauter vers: